Ceci pourrait bien vous arriver…

Ou c’est déjà produit!

Touristes déçus

La scène se passe dans un Office de tourisme où je m’étais arrêté pour regarder mes mails.

Un couple de Chiliens rentre et demande à visiter une ferme.

La responsable appelle celle qui s’était inscrite dans le programme de visites et s’entend dire:

– Pas de visites, aujourd’hui c’est jour férié, ( Lundi de Pentecôte).

Elle insiste

– Ce sont des chiliens qui aimeraient bien voir comment fonctionnent une exploitation agricole en France. Ils ont traversés l’Océan et repartent demain.

– Désolé, mais ce n’est pas possible aujourd’hui.

Sourires, un peu crispé, du couple qui demande s’ils peuvent visiter le musée.

Non, ce n’est pas possible. Il est 17 heure ( seulement), la durée de la visite est de 1h 1/4 et nous fermons à 18 h.

Là, les chiliens, toujours un peu interloqués, se mettent à rire franchement et repartent.

Quel souvenir vont-ils avoir de la Dordogne? et de la France en particulier?

Une telle mésaventure vous est-elle déjà arrivée?

Mais, ce qui c’est passé pendant ma présence à l’Office de Tourisme, a dû se produire pour vous aussi dans d’autres lieux improbables où on s’y attend un peu. En Amérique latine, sur le pourtour de la mer Méditerranée.

La France fait-elle partie des pays en voie de développement? Peut-elle continuer à être donneuse de leçons, elle qui possède le plus grand réseau d’Ambassades et de Consulats au Monde et qui se veut être le pays le plus visité d’Europe?

Cette image négative contribue à sa perte d’influence: notre pays a trop confiance en lui et traite les autres avec beaucoup de désinvolture.

C’est aussi une des raisons qui fait que beaucoup de nos concitoyens, dont nous autres voyageurs faisons parti, ne souhaitent pas continuer à vivre ici.

Mais la mésaventure de ces « pauvres » chiliens qui avaient l’air d’être si heureux de visiter le Périgord peut nous arriver ailleurs à cause de notre comportement. Nous français avons la réputation avérée d’être arrogants et persuadés d’être aimé parce que français. C’est tout le contraire. Si nous sommes appréciés en voyage c’est pour nous même et nous avons plus tôt intérêt à faire oublier notre nationalité.

Nous sommes tous des immigrés.

Il y a près de deux cents pays dans le Monde et dans chacun des habitants merveilleux qui sont heureux qu’on leur rendent visite pour partager leur mode de vie et connaître le notre. Même si le nombre de voyageurs, partant visiter un seul pays à chaque voyage ou voyageant au long cours, est de plus en plus important il reste très faible par rapport à ceux qui ne sortent jamais de chez eux, de leur région encore moins de leur pays.

Nous sommes en cela de vrais privilégiés même si nous avons tout fait pour le devenir.

Prochain Article: Se poser c’est prendre un risque.

A propos de Bruno

Bruno Minier est un passionné de voyage. Sur Addiction Voyage, il vous emmène avec lui sur les routes d'Europe. En savoir plus ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *