Pourquoi ce Voyage?

• Parce que, apparemment, personne ne l’a réalisé et qu’être le premier, dans un domaine, donne des ailes,
• Pour rendre dérisoire et toute relative, la notion de distance ; après plusieurs milliers de kilomètres à pied, en bateau, en vélo, en train…, que représenteront cinq cents ou mille kilomètres ?
• Par philosophie de la vie,
• Parce qu’à 68 ans on est loin d’être au bout de sa vie,
• Pour rencontrer des personnes et avoir le plaisir de discuter, parler, échanger avec elles,tout simplement pour observer les gens, les voir vivre, mais aussi :
• Pour créer un lien entre les Européens,
• Pour me constituer un réseau de relations et d’amis,
• Pour découvrir des paysages et si, avec ce voyage je ne vais pas découvrir le monde, au moins j’aurais approché de près l’Europe,
• Par défi personnel,
• Pour faire germer des idées de livres,
• Pour raviver, dans chaque citoyen, son sentiment d’appartenance à l’Europe,
• Parce que chaque pays qui constitue l’Europe est en paix avec ses voisins et cela vaut bien une petite visite,
• Pour le ‘fun’, l’adrénaline que provoque chaque nouvelle journée qui commence,
• Pour apprendre,
• Pour comprendre,
• Pour écouter,
• Pour écrire,
• Parce que, sans ce voyage, j’aurais l’impression de n’avoir rien fait,
• Pour les couleurs, sans cesse changeantes, du ciel et de la mer, de la terre et des maisons,

Mais aussi, une envie de bords de mers, d’océans, de ports, de phares, d’îles, de rivages et de plages,

• Pour les odeurs, le bruit des vagues et des oiseaux, les saveurs…
• Pour le soleil, les reflets du ciel dans la mer, la beauté sauvage des tempêtes et voir le Bosphore ! cette idée à elle seule me pousse à partir !
• Parce qu’il se passe toujours quelque chose en bord de mer, à voir et à raconter,
Pour faire un beau voyage, et j’espère que vous en serez.
• Pour voir la vie autrement,
• Pour vivre intensément,
• Pour découvrir les gens, les connaître et passer lentement d’une culture à une autre,
• Pour écrire une belle histoire,
Et, bien entendu, par goût de l’imprévu.
Mais surtout pas pour démontrer quoi que ce soit.
Je ne suis porteur d’aucun message, simplement, tout au long de mon voyage je vais dérouler une pelote imaginaire et j’espère que vous serez nombreux à en tirer les fils.

Pour préparer une marche pour la paix à mon retour,

• Enfin, pour réaliser un rêve d’enfant : faire un voyage au long cours.
« Mon premier voyage en train m’a tout de suite donné l’envie de voyager. J’avais seize ans, nous étions en 1962 en pleine guerre froide et c’était la première fois que mon père me permettait de partir seul pour rejoindre une de mes sœurs installée à Berlin en famille.
Parti en train de Saint-Jean-de-Luz, avec changement à Paris et Strasbourg, avant d’embarquer pour le train de nuit.
Et c’est là, à l’arrivée en Allemagne de l’Est, que tout commence et que j’ai vraiment compris ce qu’était « le Rideau de fer » : de chaque côté du train une barrière haute de bien trois mètres, enchevêtrée de « fils de fer barbelé » et doublée de rouleaux identiques.
Comme cela ne semblait pas suffisant, des sentinelles plantées tous les dix mètres, tenant une mitraillette ou un fusil, il me semble que c’était bien une mitraillette, étaient tournés vers le train. Pourquoi tournées vers nous ? Je me rappelle m’être fait cette réflexion. Pour nous dissuader d’en sortir ? Je ne vois pas ce qui aurait pu nous inciter à en sortir, personne n’en ayant le désir. Logiquement, les sentinelles auraient dû se tenir dos au train pour empêcher les gens d’y monter et les candidatures étaient nombreuses.
Je vivais pleinement une page d’histoire et « en live » ! Une véritable sortie scolaire bien plus efficace qu’une leçon. Une leçon de vie assénée comme un coup de poing.
Les voyages forment la jeunesse ! Dans leurs récits de voyage les auteurs racontent, comme des enfants pris la main dans le pot de confiture, ce qu’ils vivent dans l’instant et nous donnent l’impression d’en être et l’immense envie de partir nous prend à notre tour, sans tarder.
C’est modestement un peu l’ambition de ce voyage : vous donner l’envie de le réaliser à votre tour. Et j’espère que mon regard sera encore celui d’un enfant qui découvre l’Europe, sinon le monde et c’est déjà bien.
Qu’il y a-t-il de commun entre un Anglais et un Grec, un Norvégien et un Portugais, un Allemand et un Italien , un Islandais et un Français? Sans doute beaucoup plus de choses que l’on peut imaginer. Et le découvrir n’est-t-il pas le but de ce voyage ?
Le Voyage aux Contours de l’Europe c’est un peu de tout cela, ce sera ce que chacun d’entre vous voudra aussi apporter.
Je vibre d’impatience depuis que j’ai eu cette idée de voyage.
Le voyage commence à Oostende dans quelques jours.

En attendant je vous souhaite une excellente journée et un bon voyage,

Bruno Minier

Ce qui m’anime vous entraîne.

bruno@addiction-voyage.fr